lidya-nada-648338-unsplash (1)

Les aliments ultra-transformés prennent de plus en plus de place dans notre assiette. Problème : non contents de n’avoir que très peu d’intérêt nutritionnel, ils sont accusés de favoriser les maladies chroniques. Doctissimo fait le point.

"Que ton alimentation soit ton premier médicament" affirmait Hippocrate. Mais à l’heure de l’industrie agroalimentaire mondialisée, ce qui était un gage de santé est aujourd’hui pointé du doigt. De nombreuses études dénoncent les liaisons dangereuses entre nourriture industrielle ultra transformée et hausses des cas d’obésité, de diabète de type 2 et de cancers. En 2018, une commission d’enquête parlementaire1 tirait la sonnette d’alarme sur ces produits.

Un aliment ultra transformé c’est quoi ?

Le concept d’aliment ultra transformés (AUT) a été popularisé en 2017 en France par le Dr Anthony Fardet, chercheur en alimentation préventive et holistique et auteur de "Halte aux aliments ultra transformés ! Mangeons Vrai"2. A la base de sa réflexion, des travaux d’épidémiologistes brésiliens. Inquiets de voir l’épidémie d’obésité proliférer dans leur pays, ces scientifiques se penchent sur les habitudes alimentaires modernes de leurs concitoyens. Leurs travaux débouchera sur la classification internationale NOVA, basée sur le degré de transformation des aliments3. Au total, trois grands groupes (+ un 4ème regroupant les ingrédients culinaires comme les huiles, le beurre, le vinaigre, le sel…) vont des aliments bruts ou peu transformés aux aliments ultra transformés.
Lire la suite

unsplash-logoLidya Nada